Les vêtements pour les arts martiaux

Les vêtements pour les arts martiaux

Les arts martiaux se pratiquent en se parant d’habits spécifiques. Si les vêtements de sport de combat sont toujours exigés sur le ring pour plusieurs disciplines arts martiales, on exigera notamment le port du kimono. Le kimono est premièrement un vêtement japonais traditionnel, mais le kimono est lui aussi un vêtement de sport. D’ailleurs, la confection et la forme des kimonos d’arts martiaux diffèrent sur de nombreux points aux kimonos traditionnels.

Les sports de combat qui exigent notamment le port du kimono sont les suivants : judo, jjb ou jiu-jitsu brésilien, aikido et karaté. Bien entendu, il ne sera pas question du même type de kimono pour toutes ces disciplines. En effet, pour chaque discipline, il faudra un kimono spécifique étant donné les différences de technique et les exigences sur le tatami. Quand on débute dans ces arts martiaux, il est de ce fait nécessaire de se renseigner sur le type de kimono à prendre.

Le kimono de judo ou judogi

Le judogi ou kimono de judo est un vêtement à vocation de confort et de liberté de mouvement. Les judokas portent cet habit lors des entrainements et des compétitions. Sur le marché, le judogi est proposé sous différentes tailles. En outre, il n’est jamais proposé avec un seul type de matériau de confection. Au niveau du coloris, le judogi peut être proposé en bleu ou en blanc. La plupart du temps toutefois, les judokas optent pour le kimono blanc. Le kimono bleu sera uniquement porté pour marquer les deux camps adverses au cours d’une compétition. Tout judoka qui se respecte devrait de ce fait avoir deux kimonos (bleu et blanc) dans son garde-robe.

Un judogi est composé d’une veste appelée « uwagi », d’un pantalon ou « zubon » et d’une ceinture ou « obi ». Ces trois éléments du kimono de judo sont indispensables pour la bonne pratique de l’art martial en question. En effet, tous les composants de chaque partie du judogi permettent d’effectuer au mieux les techniques du combat. Les revers et les cols sont par exemple présents sur la veste pour permettre une meilleure saisie de l’adversaire. D’ailleurs, il n’est pas permis de porter un judogi qui soit trop près du corps pour éviter d’enfreindre ce règlement. Si le judoka ne veut pas se faire attraper par la veste, il doit simplement revoir ses techniques de défense.

Les différents tissus utilisés dans la fabrication du judogi

Le judogi peut être fait dans deux principales matières : le coton et le polycoton. Il existe une nette différence entre ces deux textiles et les judokas s’accordent à l’approuver. En effet, un judogi fait en fibres de coton à 100 % aura tendance à mieux résister au passage du temps. Il ne va pas s’user précocement au lavage ; cependant, il peut rétrécir au lavage. De ce fait, les judokas doivent toujours prendre la taille au dessus s’ils optent pour un judogi en 100 % coton. Généralement, ce type de kimono de judo est utilisé pour les pratiques qui exigent de la souplesse. En outre, il est plus léger que le kimono en polycoton.

Alors, le kimono de judo en polycoton pour sa part est très résistant aux tiraillements. En effet, il ne se déforme pas facilement et ne rétrécit pas au lavage. Ce type de kimono est conseillé lors des pratiques plus rudes. Outre, certains judokas affirment que le polycoton est plus confortable que le coton ; notamment, au niveau de la respirabilité. Quoi qu’il en soit, si votre peau ne tolère que les fibres textiles naturelles, prenez le temps de vous adapter au judogi en coton.

Le kimono de jjb (jiu-jitsu brésilien)

Le kimono de jjb (jiu-jitsu brésilien)

Le kimono de jjb est un kimono renforcé. En effet, chacun des éléments qui composent cet habit est renforcé par une doublure sur des zones stratégiques. Le renforcement du kimono est également remarquable au niveau de la couture. Les fabricants réglementés de kimonos de jjb produisent les kimonos dans ces configurations pour optimiser la pratique de cet art martial.

La veste de jjb est renforcée par une doublure maintenue par plusieurs rangées de couture sur le torse. Les coutures sont aussi renforcées au niveau des aisselles, et des fentes de la veste. De la sorte, quand les risques de déchirure du kimono sont minimisés. Quant au col du kimono, il va être rembourré avec une bande de caoutchouc pour maintenir sa rigidité et pour compliquer les strangulations. Pour ce qui est des manches, elles sont souvent assez larges pour permettre au pratiquant d’avoir une meilleure liberté de mouvement. Cependant, la largeur des manches peut aussi faciliter la saisie du combattant.

Pour ce qui est du pantalon, il est toujours muni d’une doublure au niveau de la devanture des jambes. Ces doublures permettent en majeure partie de frapper son adversaire ou d’encaisser des coups sans trop se faire mal. En outre, le pantalon de jjb est toujours ceint d’une bandelette de tissu au niveau de la taille.

Les différents tissages utilisés dans la fabrication du kimono de jjb

Dans le commerce, vous trouverez des kimonos de jjb de cinq différents types : ceux à tissage simple appelés « single weave », les modèles à tissage en perle ou « pearl weave », les kimonos à tissage double dits « double weave » et ceux à tissage gold ou « gold weave ». Le cinquième type est appelé « ripstop » ce qui se traduit littéralement par « stop déchirure » en français.

Comme vous l’auriez deviné, les kimonos de jjb single weave sont des produits d’entrée de gamme. Leur tissu étant tissé avec une technique basique, ces kimonos restent légers et sont accessibles à un prix très attrayant. Le poids d’un tel kimono peut aller de 250 à 450 g/m² (gsm).

Les pearls weave pour leur part sont des tissus à tissage simples légèrement plus épais que les single weave. D’ailleurs, leur grammage par mètre carré peut équivaloir de près à celui des tissus single weave. Les kimonos de jjb faits dans ce type de tissu sont donc également de grands basiques.

Pour ce qui est des doubles weave, ils disposent d’un tissage doublé ce qui les rend plus épais, plus durables, mais également plus chers. Les kimonos de ce type peuvent donc peser entre 650 gsm à 1000 gsm.

Les kimonos de jjb qui profitent d’un tissu à tissage gold sont des modèles légers, fluides, confortables, durables et pourtant peu épais. Cependant, le tissage gold est toujours sujet au rétrécissement après les premiers lavages. Il faut ainsi choisir son kimono gold weave en optant pour la taille au dessus.

Quant aux kimonos faits en ripstop, ils sont vraiment plus fins et plus légers. Le plus souvent, ils sont portés au cours des saisons estivales.

Le kimono d’aikido ou aikido-gi

Les kimonos d’aikido s’inspirent en grande partie des kimonos de judo. Cependant, au fil des années, la marque Seido a tenu à produire des aikido-gi qui se conforment mieux à la pratique de l’aikido. Seido s’était lancé dans cette entreprise, pour permettre à tous les pratiquants d’aikido de retrouver un kimono réellement adapté à leur morphologie, mais aussi à leurs techniques de combat.

Généralement les aikido-gi sont proposés avec une veste à coupe large pouvant être munie d’une couture verticale au niveau du dos. Les manches de ces vestes arrivent au niveau des poignets pour les coupes traditionnelles et sont raccourcies pour les coupes modernes. En effet, la revisite de la longueur des manches de l’aikido-gi a été initiée pour faciliter le mouvement du pratiquant.

La veste d’aikido est souvent proposée avec la couture verticale au niveau du dos pour lui conférer une meilleure tenue. Cependant, il a été remarqué avec le temps que les vestes à couture verticale rendent plus difficile le relèvement d’un combattant mis au sol. Ce désagrément se produit notamment quand le combattant porte un kimono d’aikido fait en tissu à double épaisseur. Dès lors, il a été jugé plus raisonnable le port des kimonos sans couture verticale sur le dos.

Les différents types d’aikido-gi

Les aikido-gi sont proposés en trois différents types : légers, classique et lourd. Ces trois différents types de kimonos d’aikido ont été élaborés pour permettre un confort optimal en fonction de la saison de pratique. Toutefois, certains pratiquants préfèrent investir dans un seul type de kimono d’aikido qu’ils jugent plus conforme à leur aisance de mouvement.

Alors, les modèles légers sont faits avec du tissu plus fin qui permet en plus de mieux réguler la transpiration. Le kimono léger pour l’aikido est de ce fait priorisé en été et est notamment apprécié par ceux qui pratiquent dans des dojos non climatisés.

Quant aux modèles classiques, ils profitent d’un tissu qui a été tissé avec des fibres de coton suivant un tissage sashiko ou grain de riz. L’épaisseur de ce type de kimono est donc moyenne. En règle générale le kimono classique pour l’aikido dispose d’une veste avec partie basse à tissage en diamant. La plupart des pratiquants d’aikido optent pour ce type d’akido-gi.

Les aikido-gi lourds pour leur part sont souvent portés par les maitres ou au cours des compétitions. Ces kimonos profitent également d’un tissage grain de riz avec une partie basse en tissage diamant à épaisseur doublée. Très épais, ces kimonos résistent mieux aux coups et aux lavages répétés.

Le kimono de karaté ou karaté-gi

Le kimono de karaté ou karaté-gi

Le karaté-gi se compose d’une veste, d’une ceinture et d’un pantalon. La veste n’est pas très large, mais dispose toutefois de manches évasées qui arrivent au niveau des poignets. Le pantalon pour sa part est doté d’une coupe relativement droite qui n’est pas très large.

Le kimono de karaté est fait en fibre de coton naturelle la plupart du temps. De ce fait, il peut rétrécir au lavage et il est conseillé de toujours en prendre un qui soit de la taille au dessus de la sienne.

En outre, le kimono de karaté est souvent proposé suivant le type de pratique que le karatéka adopte : kata, kumité, entrainements combinés ou style en particulier.

Les différents types de karaté-gi

Vous trouverez des karaté-gi très légers, légers, moyens et lourds dans le commerce. Les modèles très légers sont la plupart du temps faits en polyester ou en microfibre. Ces derniers sont très fluides, respirants et permettent au karatéka de pratiquer avec un maximum d’aisance notamment en été. Les mêmes qualités sont retrouvées chez les modèles légers. Seulement, ces derniers sont souvent faits en coton.

Le karaté-gi de poids moyen est un modèle relativement standard. Il est de ce fait adéquat aux pratiques quotidiennes du karaté. Quant au karaté-gi lourd, il est surtout utilisé pour la pratique du kata. En effet, sa tenue plutôt rigide permet d’effectuer au mieux les gestes du kata ? Outre, il est très apprécié des maitres.

La ceinture de judo ou obi

La ceinture de judo ou obi

La ceinture de judo également appelée obi sert notamment à tenir la veste du judogi en place. En outre, la ceinture de judo est un marqueur de grade et de compétence. C’est pour cette raison qu’elle est proposée sous différentes couleurs. Généralement, les couleurs de la ceinture sont attribuées comme suit : blanche, jaune, orange, verte, bleue, et marron pour les jeunes pratiquants. La ceinture noire est attribuée aux judokas de 1er à 5e dan. La rouge et blanche est ceinte par ceux du 6e au 8e dan. Pour les judokas du 9e au 10e dan, on retrouve la ceinture rouge. Quant aux judokas de 11e dan, ils arborent une ceinture blanche assez large.

Vous pouvez aussi lire:

Les chaussures de sport
Les vêtements de musculation
Les vêtements de fitness
Les vêtements de running
Les vêtements pour le VTT
Les vêtements pour la randonnée

>
lectus quis Donec massa fringilla vel, risus elementum Sed consectetur